Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Selon la tradition, Saint-Julien, apôtre du Maine et premier évêque du Mans se serait arrêté là où se trouve aujourd’hui Saint-Pierre-des-Nids, qui était alors une petite colonie appelée La Potestas, et qu’il aurait évangélisée et placée sous la protection de saint Pierre. La toute première église était surement en bois et a été construite vers le 3e ou 4e siècle.

 

Les premiers monastères apparaissent ensuite de la région : Couptrain-Saint-Calais (fondé par saint Silviard), Javron (crée par Constantin au 6e siècle), Vendeuvres (fondé par  saint Léonard au 6e siècle), Saint-Céneri (où le saint du même nom fonde une église et un monastère dédiés à saint Martin au 7e siècle).

 

Au 9e siècle, le Maine passe sous domination bretonne. Abbon, écuyer du duc de Bretagne Nominoë, devient le premier seigneur de la région. Il réside sans doute à Gâvres (Gesvres). Mais dès la fin du 9e siècle, les incursions vikings font des ravages.

 

Les monastères de Saint-Léonard et de Saint-Céneri sont mis à sac et La Potestas est pillée.

La vieille église de La Poôté (Saint-Pierre-des-Nids)

Entre temps, Ernault le Gros, fils d’Abbon lui a succédé, puis le fils de ce dernier : Giroie.

C’est lui qui fait reconstruire au 11e siècle l’église de La Potestas sans doute détruite pas les vikings. Il suit un plan très simple : une simple nef et un chœur rectangulaire. Avec quelques modifications ultérieures, cette église subsistera jusqu’au 19e siècle.

Elle ressemble à celle de Gesvres, en photo ci-dessous, qui date de la même époque et n’a pas été détruite.

Église de Gesvres.

Église de Gesvres.

En 1050, Orderic Vital dans son « Historia ecclesiastica » (traduite sous le titre « Histoire de la Normandie » aux éditions François Guizot, 1825-1827) mentionne cette église et donne le nom de la paroisse : Sanctus Petrus de Potestate Nidi.

 

À la mort de Giroie vers 1031 ou 1032, son fils Guillaume 1er Giroie lui succède. Le prénom du premier Giroie devient le patronyme de toute la famille qui va régner sur la région jusqu’au 14e siècle. Son frère, Robert 1er Giroie rattache La Potestas à la puissante abbaye de Saint-Evroult en 1050.

 

Robert II Giroie, son petit-fils, qui vient de construite la belle église romane de Saint-Céneri, veut au début du 11e siècle doter celle de La Poôté d’une tour lui permettant de rivaliser avec sa voisine.

L'église de Saint-Céneri.

L'église de Saint-Céneri.

L’abbé David dans « La Poôté dans l'histoire » cite un texte (de Du Peuroux ?) la décrivant :

 

« Un  religieux bénédictin, habile en architecture, fut chargé d’en dresser le plan ; elle devait être de forme quadrangulaire, former abside dans le bas et mesures 12 toises de haut (72, pieds). Selon l’usage de cette époque, on édifia cette tour au chevet de l’église, du côté de l’épitre. Chacune de ses faces était percée, aux deux tiers de sa hauteur, d’une belle grande fenêtre en plein cintre ornée de moulures ; un cordon de granit circulait à la base de ces fenêtres et soutenait à droite et à gauche, près des encoignures, deux colonnettes également en granit, surmontées chacune d’une figure en guise de chapiteau ; des colonnettes s’élevaient jusqu’à un autre cordon formant le dernier étage de la tour. Là, sur les quatre côtés, s’ouvraient symétriquement au-dessus de la grande fenêtre, deux autres fenêtres plus petites, d’où s’échappaient aux jours solennels les joyeux carillons des cloches argentines, pendant qu’à l’étage inférieur bourdonnaient les grosses cloches d’airain. Sur le côté méridional, au-dessus d’un cordon de granit marquant la moitié de la tour, on distinguait un cadran solaire, qui fut remplacé par un cadran d’horloge au 18e siècle.

Ce monument ne fut pas surmonté d’une flèche. Ses deux pignons regardaient l’un l’Orient, l’autre l’Occident ; on avait accès au haut de cette tour d’abord par un escalier en bois, établi à l’intérieur jusqu’à la naissance des voutes de l’église ; puis de là il fallait grimper par une série d’échelles, d’étage en étage, jusqu’au sommet. »

 

Robert II Giroie mourut en 1130, avant l’achèvement des travaux.

Ce dessin de René Péan d'après de vieux dessins se trouve dans l'ouvrage de l'abbé David.

Ce dessin de René Péan d'après de vieux dessins se trouve dans l'ouvrage de l'abbé David.

Au 17e siècle l’église se compose donc d’une nef terminée par un hémicycle formant le chœur, à droite la cage de la tour et à gauche une petite chapelle dédiée à la Vierge. En 1480 on avait construit une petite chapelle dédiée à sainte Anne et en face une autre dédiée à sainte Catherine et à saint Étienne.

 

Elle ressemblait à celles de Ravigny, Boulay, Champfrémont ou Gesvres. Mais elle restait trop petite.

D’après les notes que l’abbé Fortin a prises dans les Archives sur le clergé de la Poôté au 17e siècle, c’est Mathieu Fortin, devenu en 1625 curé de La Poôté, qui fut à l’origine de son agrandissement.

 

Il fit construire deux murs extérieurs, refaire une toiture « puis on démolit les murs de l’ancienne nef et on les remplaça par des colonnes de granit reliées entre elles par des  arcades en plein cintre qui s’élevaient seulement à la naissance de la voute. Le chœur fut également agrandi. »

 

L’église, même agrandie au 17e  siècle, se révèle encore trop petite au 19e. La Poôté est chef-lieu de canton et la population (alors très croyante) est alors de plus de 3000 habitants. Ajoutons que cette ancienne église se trouvait plus au centre de l’actuelle place de la Poôté et était entourée par le cimetière et les maisons. La pompe qui s'est longtemps trouvée sur la place de la Poôté était alors un puits se situant dans l'église.

Le plan cadastral de 1838 qui se trouve dans les archives de la Mayenne page 3 P 2833/21 permet de voir clairement la position de l'église.

 

Extrait de la page 3 P 2833/21 du tableau d'assemblage section G (Le Bourg) du plan cadastral de La Poôté en 1838 (source : les archives de la Mayenne).

Extrait de la page 3 P 2833/21 du tableau d'assemblage section G (Le Bourg) du plan cadastral de La Poôté en 1838 (source : les archives de la Mayenne).

La circulation était difficile et on a voulu aérer la place pour des raisons d’urbanisme.

 

Aussi a-t-on détruit l'ancienne église et l’église actuelle, néo-gothique, fut construite l’abbé Léon Lièclegeard sur les terrains du presbytère et du cimetière.

 

Le cimetière a été déplacé route de Saint-Céneri, où existait déjà « le grand cimetière » de forme triangulaire, créé au 18e siècle par Claude Dollandon d'Ovraisy, devenu curé de La Poôté en 1690 et décédé en 1728, qui d'après les écrits de l'abbé Fortin, trouvait le cimetière situé autour de l'ancienne église trop petit. Les sieurs du Plessis-Bochard, MM. de la Fournerie avaient leur chapelle sépulcrale dans le grand cimetière.

 

La première pierre de la nouvelle église fut posée le 6 juillet 1880 et la consécration eut lieu le 22 avril 1883.

La vieille église de La Poôté (Saint-Pierre-des-Nids)

     Accueil                Haut de page

 

 

**********************************************

Partager cette page

Repost0
La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail - dans terroir Saint-Pierre-des-Nids

Mieux nous connaître

Notre Confrérie, son histoire, ses statuts, ses assemblées générales et cérémonies d'intronisation... Cliquez sur la main ci-dessous :

Pour nous contacter : laconfreriedesfinsgoustiers@hotmail.fr ou le lien "contact" tout en bas de la page.

Rechercher Dans Ce Blog

Producteurs et artisans

Régulièrement nous rendons visite à des producteurs (cidricoles mais pas uniquement) ou à des artisans de notre région.

Découvrez-les en cliquant sur la bouteille :

Pomme, cidre, pommé...

Vous voulez des informations sur la fabrication du cidre, sur la pomme et son origine, sur le pommé (un produit à base de cidre et de pommes anciennement fabriqué dans notre région), sur le vinaigre, sur les instruments de mesure en rapport avec le cidre ou la goutte, sur les fêtes autour des produits cidricoles...

Cliquez sur la pomme !

 

Nos Articles

  • Bienvenue sur notre blog
    *********************************************************** "Si un plus grand nombre d'entre nous préféraient la nourriture, la gaité et les chansons aux entassements d'or, le monde serait plus rempli de joie." J.R.R. Tolkien dans "Le Hobbit" *********************************************************** Pour...
  • Notre terroir du Haut-Maine et Pail
    Notre terroir du Haut-Maine et Pail appartient à l’ancien Comté du Maine, petite province tampon entre la Normandie et l’Anjou. C’est ce qu’on appelle en histoire une région de « Marches ». Au Moyen Âge, le Maine a longtemps été un enjeu politique entre...
  • Notre terroir autrefois
    Cartes postales et photos anciennes témoignent du passé de notre terroir. Les liens ci-dessous (en bleu) vous reverront à des pages de présentation de certains lieux, la plupart du temps grâce à des cartes postales. Merci à ceux qui au fil du temps nous...
  • Histoire de la Confrérie
    Article remanié et complété en avril 2017 et en janvier 2018. La Confrérie des Fins Goustiers devant la chapelle Sainte-Anne de Champfrémont en 2015. Qui sommes-nous ? Nous sommes une association confraternelle visant à promouvoir les produits et les...
  • La chapelle et les foires de Sainte-Anne de Champfrémont
    À 12 km au sud-ouest d’Alençon , au pied des collines et de la forêt de Multonne, entouré par Saint-Pierre-des-Nids, Ravigny et La-Ferrière-Bochard, se trouve le village de Champfrémont. Son origine est sans doute gallo-romaine ou au moins franque : un...
  • Le cidre à l'ancienne ou c’ment on faisint l’bon cit’ dans l’temps…
    Dans notre région du Nord du Maine certains particuliers font ou faisaient encore récemment leur cidre à l'ancienne. Les fêtes des métiers d'autrefois, de la pomme ou du cidre et les comices agricoles sont aussi l'occasion d'assister à des démonstrations...
  • Les appareils de mesure pour le cidre et l'eau de vie
    Voilà trois instruments de mesure qu'utilisent couramment les producteurs de cidre et d'eau de vie : cidrodensimètre, alcoomètre et cidromètre. Cliquez sur les photos pour les agrandir et refermez-les ensuite pour revenir à cette page. À ces trois instruments...
  • Un ancien produit bin d'cheu nous : le pommé
    Article récemment complété. Avant la Seconde Guerre Mondiale la nourriture des campagnes était simple et basée sur la production locale. Dans le Maine, ainsi que dans tout l’Ouest de la France (Normandie, Haute-Bretagne) on récoltait des pommes, on faisait...
  • L'origine de la pomme
    Le 21 mars 2013 quelques membres de la Confrérie des Fins Goustiers ont assisté dans le cadre des « Bobines du Parc Normandie-Maine » à la projection d’un documentaire sur les origines de la pomme. Sa réalisatrice Catherine Peix était présente. C’est...
  • Deux châteaux, deux familles, du IXe au XIe siècle
    Les deux châteaux dont il s'agit sont celui de Saint-Céneri et celui du Montaigu (sur la commune de Saint-Pierre-des-Nids ) et les deux familles celle des Giroie et celle de Bellême. La famille Giroie : En 836, Robert le Fort, duc du Maine, qui doit faire...

Nos activités

Nous vous proposons des compte-rendus illustrés de photos de nos sorties dans des fêtes ou sur des manifestations, de nos visites chez des producteurs, des artisans ou des artistes, de nos rencontres conviviales avec d'autres associations ou avec nos familles et amis...

Cliquez sur le bouchon : 

Nos concours cidricoles

Chaque année la Confrérie organise un concours de produits cidricoles ouvert aux amateurs comme aux professionnels.

Pour tout savoir à ce sujet cliquez sur la pomme et la poire !

 

Notre terroir

Pour découvrir notre terroir du Haut-Maine et Pail : ses paysages, son histoire, son patois, ses producteurs, des idées de sorties, des photos récentes ou anciennes et nos coups de cœur gastronomiques cliquez sur l’arbre :

Le patrimoine de notre région

Traditions, vieux métiers, petit patrimoine architectural, historique, artistique ou culturel, notre région est riche.

Pour en découvrir quelques aspects cliquez sur l’église.