Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

À l’entrée de Saint-Pierre-des-Nids en venant d’Alençon se trouve un très bel étang de pêche portant le nom de l’Étang du Tour. Sa profondeur varie entre 1,10 m et 2,3 m.

L'Étang du Tour à l'entrée de Saint-Pierre-des-Nids.

L'Étang du Tour à l'entrée de Saint-Pierre-des-Nids.

Pour bien le situer !

Pour bien le situer !

Cet étang n’a pas toujours été  là ! D’ailleurs, les anciens de Saint-Pierre racontent que dans les années soixante, il n’y avait pas de véritable étang.

Tel qu’il est aujourd’hui, le plan d’eau de l’Étang du Tour a été crée en 1977. Le maire de l’époque était l’instituteur monsieur Albert Pinçon, qui venait de succéder à monsieur Louis Thoreton.

Le bulletin municipal de décembre 1977 (c’était la deuxième fois que la municipalité réalisait un bulletin municipal et le 1er datait déjà de près de trois ans) explique :

« Le projet de création d’un plan d’eau était envisagé depuis de nombreuses années. Ce projet a pu se concrétiser à la suite des opérations de remembrement, qui ont permis la réservation d’un terrain de près de deux hectares en bordure de la route d’Alençon, au lieu-dit « L’Étang du Tour », de part et d’autre du ruisseau « le Terrançon », mais également grâce à la participation financière du parc naturel Régional de « Normandie-Maine » qui a attribué à la commune une subvention de 58 000 F.

Ce plan d’eau est destiné à la pêche, l’empoissonnement en sera confié à la Société de pêche et de pisciculture de Saint-Pierre, ainsi des concours de pêche pourront y être organisés. Les abords du plan d’eau seront aménagés : aménagement paysager tout d’abord, mais aussi la création d’aires de piquenique et de jeux pour les enfants. »

Le remembrement dont parle le bulletin municipal date de 1974. Pour créer l'étang, il a fallut creuser, détourner le Terrançon et le canaliser pour lui faire longer le nouvel étang, installer le déversoir, un pont, une dalle... La mise en eau débute le 10 mai 1977. Les premiers poissons sont déversés fin novembre-début décembre et le 10 décembre, les pêcheurs participent avec des volontaires, amis de la nature, à la plantation des arbres et arbustes destinés à agrémenter les abords du plan d'eau. Un autre déversement de poisson est prévu au printemps 1978, avant l'ouverture de la pêche.

Le plan des installations prévues par la municipalité présentés dans le bulletin municipal en 1977

Le plan des installations prévues par la municipalité présentés dans le bulletin municipal en 1977

Si le plan d’eau n’existait pas avant 1977,  le lieu portait toutefois déjà le curieux nom d’ « Étang du Tour » ! Bizarre !!!

Quand on regarde la carte du cadastre « napoléonien » en 1838 (on l’appelle « napoléonien » car sa réalisation a commencé sous Napoléon), on distingue tout juste une petite retenue d’eau au niveau du pont sur le Terrançon (dont le nom s’écrit à l’époque Terrençon). On constate également que le nom du ruisseau qui se jette dans le Terrançon n’est pas comme aujourd’hui «  ruisseau d’Ormaine » mais « ruisseau du moulin de Guillaume ». On reconnait bien, le long de la route d’Alençon, le calvaire édifié entre 1785 et 1789. On l’appelle aujourd’hui « le calvaire de l’Étang du Tour » mais que l'on l’appelait alors « le calvaire de Terrençon ».

Au sujet de ce calvaire vous pouvez vous reporter à notre article sur le sujet en cliquant sur : Le calvaire de l'Étang du tour

Extrait de la feuille Le Plessis H1 du cadastre de 1838.

Extrait de la feuille Le Plessis H1 du cadastre de 1838.

Vous pouvez très facilement avoir accès au cadastre napoléonien sur le site des archives de la Mayenne en cliquant sur le lien suivant : Archives de la Mayenne-Cadastre

 

Sur le tableau d’assemblage de la partie Le Plessis du cadastre, on voit une zone, qui porte le nom de l’Étang du Tour. Attention, repérez-vous avec le dessin du calvaire (indiqué par une flèche rouge) et le tracé du Terrançon car l’orientation n’est pas la même que sur la carte précédente.

Tableau d'assemblage H de la zone Le Plessis du cadastre de 1838.

Tableau d'assemblage H de la zone Le Plessis du cadastre de 1838.

En 1899, l’instituteur J. Dreux rédige une monographie sur La Poôté (à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, il avait été demandé à tous les instituteurs de rédiger des monographies sur leur village).

 

Ces différentes monographies rédigées en 1899 sont disponibles également sur le site des archives en cliquant sur le lien suivant : Archives de la Mayenne-Monographies

 

Il y adjoint un plan du village où l’on constate également l’absence de l’étang actuel. Seul le calvaire est indiqué.

Plan de La Poôté réalisé par J. Dreux pour sa monographie de 1899.

Plan de La Poôté réalisé par J. Dreux pour sa monographie de 1899.

Voilà ce qu’il écrit :

« Près du bourg, au lieu-dit  l’Étang du Tour, se trouve une carrière qui occupe continuellement un certain nombre d’ouvriers. Toutes les nouvelles maisons du bourg ont été bâties avec des pierres retirées de cette carrière. On s’en sert encore pour faire des pierres tombales assez élégantes et qui sont fort nombreuses dans le cimetière communal. »

Carte postale ancienne des carrières du granit de Saint-Pierre-des-Nids.

Carte postale ancienne des carrières du granit de Saint-Pierre-des-Nids.

Autre carte postale ancienne des carrières.

Autre carte postale ancienne des carrières.

Les restes de ces carrières sont encore visibles à l’arrière de l’actuel Étang du Tour.

 

Une carte postale (peut-être postérieure à 1910 vu son aspect granuleux caractéristique, mais le cachet n’est pas lisible) montre un lieu-dit « l’Étang du Tour » sur la route d’Alençon et celle de Champfrémont. Un lieu-dit, mais pas d'étang ! La photo est prise à l'emplacement du rond-point actuel.

L'Étang du Tour à Saint-Pierre-des-Nids

Précisons que la route d'Alençon n'était pas autrefois celle que nous connaissons aujourd'hui. "La vieille route d'Alençon" montait par l'actuelle route de Champfrémont, passait par Les Boulières et arrivait au lieu-dit Le Champ Coupé (où se trouve actuellement la déchèterie).

Une autre carte postale ancienne, elle non plus non datée (ou plutôt si, datée du 16 mars sans précision, et rien dans le texte ne permet de deviner l’année) montre le ruisseau Terrançon (avec un accès sans doute pour les bêtes) et à gauche, des maisons qui existent encore actuellement et qui sont bien reconnaissables. Sur la droite on aperçoit le pont du Terrançon, l'ancienne route d'Alençon et une maison qui n'existe plus aujourd'hui. Le titre donné à la carte postale confirme le nom de ce lieu-dit : « L'Étang du Tour » (alors que là non plus il y a pas d'étang !).

L'Étang du Tour à Saint-Pierre-des-Nids

Les personnes qui ont vécu à Saint-Pierre-des-Nids dans les années cinquante et soixante confirment qu'il n'y avait alors pas d'étang (malgré le nom du lieu-dit) et que le Terrançon passait alors là où se trouve l'étang aujourd'hui. Voilà une autre photo (merci à Gérard Bertaux qui nous l'a prêtée), sans doute plus récente que la précédente et avec le même angle de vue, sauf qu'on voit mieux le pont du Terrançon sur lequel passe la route d'Alençon.

L'Étang du Tour à Saint-Pierre-des-Nids

Un lavoir se trouvait sur le Terrançon un peu après le pont. Il n'a pas été démoli lors du creusement de l'étang, mais sous la municipalité de monsieur Jean-Luc Gombert (entre 1995 et 2001). Il a été reconstruit à l'identique en 2004, grâce à des plans qui avaient été conservés, et au même emplacement, par l'entreprise Thuault de Pré-en-Pail, sous la municipalité suivante, monsieur Henri Leblond étant maire.

L'Étang du Tour à Saint-Pierre-des-Nids

Tournons-nous maintenant vers l’abbé David et sa « Poôté dans l’histoire » publiée entre 1926 et 1939. Il y cite M. Fortin, natif de La Poôté, qui écrit sa « Notice sur la paroisse de La Poôté » à la fin du 19e siècle. Il y raconte, en parlant  des droits de justice exercés par le seigneur de La Poôté au 17e et 18e siècle :

« Après une nuit de réflexion passée dans la prison (qui était alors à gauche sous les Halles), le coupable était saisi par six sergents de la Châtellenie et trainé au lieu des exécutions capitales.

C’était sur le chemin d’Alençon, près de la chaussée d’un étang aujourd’hui desséché, qui s’appelle encore l’Étang du Tour (probablement en souvenir du… Tour, ou machine à pivot qui formait le pilori où on attachait préalablement le condamné pour l’exposer à tous les regards du public). Puis, lorsque, sous les bordées d’invectives et d’injures que les assistants ne lui ménageaient pas, le misérable avait demandé pardon et crié merci à Dieu, on le conduisait garroté sur une colline à gauche où se dressait le gibet patibulaire (c'est-à-dire la potence) en permanence, potence de la châtellenie, avec ses trois piliers obligatoires, en trépied. Là, les aides de la justice suspendaient le criminel « haut et court » et son cadavre pourrissait au gibet, s’il n’était auparavant dévoré par les oiseaux de proie. Ce lieu, désigné de nos jours par une carrière de pierres de granit, a conservé néanmoins le nom significatif de « la vallée du gibet ».

Gibet du 15e siècle, illustration de l'abbé David.

Gibet du 15e siècle, illustration de l'abbé David.

La vallée du Gibet ! L'Étang du Tour ! 

L'endroit est pourtant si paisible aujourd'hui !

L'Étang du Tour à Saint-Pierre-des-Nids

Notre enquête est terminée ! Merci à tous ceux qui nous ont aidés à la mener !

Nous savons maintenant que ce lieu doit son nom d'« Étang du Tour » à un étang très tôt asséché ayant sans doute existé dans un lointain passé et au pilori qui s'y trouvait, qu’à proximité se trouvait un gibet et des carrières de granit, qu’en 1838, à la fin du 19e siècle et jusque dans les années soixante-dix, il n’y a avait plus là que la vallée du ruisseau Terrançon  dans lequel le ruisseau d'Ormaine se jetait (en dessous de la route de Champfrémont), et que le plan d’eau tel qu’on le connait aujourd’hui a été aménagé en 1977.

         Accueil                Haut de page

 

 

**********************************************

Partager cette page

Repost0
La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail - dans terroir Saint-Pierre-des-Nids

Mieux nous connaître

Notre Confrérie, son histoire, ses statuts, ses assemblées générales et cérémonies d'intronisation... Cliquez sur la main ci-dessous :

Pour nous contacter : laconfreriedesfinsgoustiers@hotmail.fr ou le lien "contact" tout en bas de la page.

Rechercher Dans Ce Blog

Producteurs et artisans

Régulièrement nous rendons visite à des producteurs (cidricoles mais pas uniquement) ou à des artisans de notre région.

Découvrez-les en cliquant sur la bouteille :

Pomme, cidre, pommé...

Vous voulez des informations sur la fabrication du cidre, sur la pomme et son origine, sur le pommé (un produit à base de cidre et de pommes anciennement fabriqué dans notre région), sur le vinaigre, sur les instruments de mesure en rapport avec le cidre ou la goutte, sur les fêtes autour des produits cidricoles...

Cliquez sur la pomme !

 

Nos Articles

  • Bienvenue sur notre blog
    *********************************************************** "Si un plus grand nombre d'entre nous préféraient la nourriture, la gaité et les chansons aux entassements d'or, le monde serait plus rempli de joie." J.R.R. Tolkien dans "Le Hobbit" *********************************************************** Pour...
  • Notre terroir du Haut-Maine et Pail
    Notre terroir du Haut-Maine et Pail appartient à l’ancien Comté du Maine, petite province tampon entre la Normandie et l’Anjou. C’est ce qu’on appelle en histoire une région de « Marches ». Au Moyen Âge, le Maine a longtemps été un enjeu politique entre...
  • Notre terroir autrefois
    Cartes postales et photos anciennes témoignent du passé de notre terroir. Les liens ci-dessous (en bleu) vous reverront à des pages de présentation de certains lieux, la plupart du temps grâce à des cartes postales. Merci à ceux qui au fil du temps nous...
  • Histoire de la Confrérie
    Article remanié et complété en avril 2017 et en janvier 2018. La Confrérie des Fins Goustiers devant la chapelle Sainte-Anne de Champfrémont en 2015. Qui sommes-nous ? Nous sommes une association confraternelle visant à promouvoir les produits et les...
  • La chapelle et les foires de Sainte-Anne de Champfrémont
    À 12 km au sud-ouest d’Alençon , au pied des collines et de la forêt de Multonne, entouré par Saint-Pierre-des-Nids, Ravigny et La-Ferrière-Bochard, se trouve le village de Champfrémont. Son origine est sans doute gallo-romaine ou au moins franque : un...
  • Le cidre à l'ancienne ou c’ment on faisint l’bon cit’ dans l’temps…
    Dans notre région du Nord du Maine certains particuliers font ou faisaient encore récemment leur cidre à l'ancienne. Les fêtes des métiers d'autrefois, de la pomme ou du cidre et les comices agricoles sont aussi l'occasion d'assister à des démonstrations...
  • Les appareils de mesure pour le cidre et l'eau de vie
    Voilà trois instruments de mesure qu'utilisent couramment les producteurs de cidre et d'eau de vie : cidrodensimètre, alcoomètre et cidromètre. Cliquez sur les photos pour les agrandir et refermez-les ensuite pour revenir à cette page. À ces trois instruments...
  • Un ancien produit bin d'cheu nous : le pommé
    Article récemment complété. Avant la Seconde Guerre Mondiale la nourriture des campagnes était simple et basée sur la production locale. Dans le Maine, ainsi que dans tout l’Ouest de la France (Normandie, Haute-Bretagne) on récoltait des pommes, on faisait...
  • L'origine de la pomme
    Le 21 mars 2013 quelques membres de la Confrérie des Fins Goustiers ont assisté dans le cadre des « Bobines du Parc Normandie-Maine » à la projection d’un documentaire sur les origines de la pomme. Sa réalisatrice Catherine Peix était présente. C’est...
  • Deux châteaux, deux familles, du IXe au XIe siècle
    Les deux châteaux dont il s'agit sont celui de Saint-Céneri et celui du Montaigu (sur la commune de Saint-Pierre-des-Nids ) et les deux familles celle des Giroie et celle de Bellême. La famille Giroie : En 836, Robert le Fort, duc du Maine, qui doit faire...

Nos activités

Nous vous proposons des compte-rendus illustrés de photos de nos sorties dans des fêtes ou sur des manifestations, de nos visites chez des producteurs, des artisans ou des artistes, de nos rencontres conviviales avec d'autres associations ou avec nos familles et amis...

Cliquez sur le bouchon : 

Nos concours cidricoles

Chaque année la Confrérie organise un concours de produits cidricoles ouvert aux amateurs comme aux professionnels.

Pour tout savoir à ce sujet cliquez sur la pomme et la poire !

 

Notre terroir

Pour découvrir notre terroir du Haut-Maine et Pail : ses paysages, son histoire, son patois, ses producteurs, des idées de sorties, des photos récentes ou anciennes et nos coups de cœur gastronomiques cliquez sur l’arbre :

Le patrimoine de notre région

Traditions, vieux métiers, petit patrimoine architectural, historique, artistique ou culturel, notre région est riche.

Pour en découvrir quelques aspects cliquez sur l’église.