Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Le 28 février 2018, sept membres du Chapitre des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail en tenue se sont rendus au 55e Salon International de l’agriculture (SIA), qui se déroulait à Paris, porte de Versailles, du 24 février au 5 mars. Nous avons regretté l'absence de notre Grand Maistre Michel due à un problème de santé.

Les Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail avec le député de leur circonscription, Guillaume Garot.

Les Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail avec le député de leur circonscription, Guillaume Garot.

Cette journée, appelée le "mercredi de la Mayenne", est organisée chaque année par le Conseil départemental de la Mayenne avec la Chambre d’agriculture. La délégation mayennaise rassemble le préfet de la Mayenne, les élus du département (conseillers départementaux, parlementaires) et les partenaires du monde agricole (MSA, Clasel, Crédit agricole, CERFrance…). Elle va à la rencontre des Mayennais présents au SIA dans les pavillons du Parc des expositions. Cette année trente-cinq éleveurs mayennais présentaient soixante-et-un animaux (bovins, ovins, chevaux et chiens).

La Confrérie au Salon International de l'Agriculture de Paris

Le Conseil départemental a pris l’habitude de faire appel aux confréries du département pour ouvrir le « défilé » de cette délégation. En 2017 la Confrérie du Veau, basée à Château-Gontier, était présente avec la délégation mayennaise et en 2016 il s’agissait de nos confrères et amis de la Bolée de Concise de Saint-Berthevin.

Les Fins Goustiers parmi la délégation mayennaise qui se regroupe dans le pavillon numéro un.

Les Fins Goustiers parmi la délégation mayennaise qui se regroupe dans le pavillon numéro un.

Le Salon international de l’agriculture existe depuis 1963. Il rassemble chaque année tous les acteurs du monde agricole et est devenu une référence en France comme à l’étranger. L’an passé il a accueilli 620 000 visiteurs et neuf-cents exposants. C'est avec plaisir que la Confrérie des Fins Goustiers a accepté de prendre place dans cette délégation pour soutenir nos agriculteurs mayennais.

Les Fins Goustiers et leur bannière à la tête de la délégation Mayennaise.

Les Fins Goustiers et leur bannière à la tête de la délégation Mayennaise.

Nous nous étions donné rendez-vous à Saint-Pierre-des-Nids à 6 h 30 pour rejoindre Laval en covoiturage où nous avons pris le TGV pour Paris avec les autres membres de la délégation invités par les organisateurs. Merci à François Planchenault, le chargé de communication du Conseil départemental de la Mayenne, qui était notre contact pour cette manifestation et à Nathalie Moreau et Adrien qui nous ont accueillis à  la gare et guidés dans les dédales du métro parisien.

En gare de Laval.

En gare de Laval.

Inhabituel : des Fins Goustiers dans le TGV...

Inhabituel : des Fins Goustiers dans le TGV...

Encore plus insolite : des Fins Goustiers sur le quai du métro parisien !

Encore plus insolite : des Fins Goustiers sur le quai du métro parisien !

Dans cette délégation de quatre-vingt personnes, nous avons retrouvé Daniel Lenoir, président de notre communauté de commune et quatrième vice-président du conseil départemental, Guillaume Garot député de la première circonscription de la Mayenne et Yannick Favennec, député de la troisième circonscription. Nous avons fait la connaissance de Frédéric Veaux, préfet de la Mayenne depuis 2016, d'Olivier Richefou, élu en avril 2015 à la présidence du conseil départemental, de Stéphane Guioullier président de la chambre d'agriculture, de la sénatrice Élisabeth Doineau ainsi que de Géraldine Bannier député de la deuxième circonscription (le sud de la Mayenne) que nous n'avions jamais eu l'occasion de rencontrer.

Beaucoup d'autres personnalités étaient présentes mais il est impossible de toutes les nommer ici.

Monsieur Frédéric Veaux, préfet de la Mayenne, écoute les explications de monsieur Taillandier, éleveur de moutons Bleu du Maine dans l'ouest du département, sur la laine de ces derniers. Yannick Favennec est derrière à droite.

Monsieur Frédéric Veaux, préfet de la Mayenne, écoute les explications de monsieur Taillandier, éleveur de moutons Bleu du Maine dans l'ouest du département, sur la laine de ces derniers. Yannick Favennec est derrière à droite.

Stéphane Guioullier, président de la Chambre d'agriculture de la Mayenne et éleveur de vaches de race Jersiaise à Renazé.

Stéphane Guioullier, président de la Chambre d'agriculture de la Mayenne et éleveur de vaches de race Jersiaise à Renazé.

Les Fins Goustiers font la connaissance de Géraldine Bannier.

Les Fins Goustiers font la connaissance de Géraldine Bannier.

Guillaume Garot notre député, derrière lui Oliver Richefou et Frédéric Veaux, sur le stand des Percherons.

Guillaume Garot notre député, derrière lui Oliver Richefou et Frédéric Veaux, sur le stand des Percherons.

Depuis l'année 2000, la vache est devenue l'emblème du Salon International de l'Agriculture. Chaque année une race bovine est ainsi mise à l'honneur et une vache est choisie pour être l'égérie du Salon. En 2018 il s'agit de Haute, une vache de race  Aubrac de six ans, qui a grandi à Laguiole, dans l’Aveyron et qui est présentée, avec son veau Olympe, par Thibaut Dijols, éleveur à Curières. Elle figure sur les affiches du salon est très belle avec sa robe froment et ses yeux qui semblent maquillés au khôl.

L'affiche du Salon 2018.

L'affiche du Salon 2018.

Haute, la mascotte du Salon 2018.

Haute, la mascotte du Salon 2018.

Haute et son veau Olympe.

Haute et son veau Olympe.

La visite du SIA a eu lieu entre 10 h 30  et 13 h 30.

Les Fins Goustiers au SIA.

Les Fins Goustiers au SIA.

Nous avons pu admirer les bovins de race Rouge des Prés du Maine-Anjou, race assez rustique, d'orientation bouchère mais d'une assez bonne production laitière, principalement élevée chez nous dans le Sud-Mayenne. Cette race de grand format est issue d'un croisement entre des taureaux anglais Durham et une race locale Mancelle. Sa robe est pie rouge avec l'extrémité des pattes blanches, la tête rouge présente souvent une tache en forme de cœur blanc. Les bêtes de race Rouge des Prés sont essentiellement élevées à l'herbe, elles vêlent facilement, allaitent bien et donnent une viande foncée, persillée et très gouteuse.

Nous avons admiré Jasmine appartenant à monsieur Claude Marais de Ruillé-Froid-Fonds (un peu au nord de Château-Gontier) et Jelana présentée par monsieur Bertrand Salmon d'Astille (près de Cossé-le-Vivien).

Jasmine, de race Rouge des Prés et Catherine.

Jasmine, de race Rouge des Prés et Catherine.

Jelana, une belle bête de race Rouge des Prés.

Jelana, une belle bête de race Rouge des Prés.

L'EARL Clémenceau d'Azé (à côté de Château-Gontier) présentait un magnifique taureau de race Rouge des Prés nommé Iceberg d'un poids de 1,893 kg.

Iceberg, de race Rouge des Prés.

Iceberg, de race Rouge des Prés.

Iceberg, de l'EARL Clémenceau à Azé.

Iceberg, de l'EARL Clémenceau à Azé.

Autre taureau mayennais ayant fait l'admiration de la délégation : Jupiter, de race Blonde d'Aquitaine, appartenant au GAEC Linay-Pottier/Gaborit Didier à Le Bourgneuf-la-Forêt (dans l'ouest de la Mayenne). Né en novembre 2014 il pèse 1,465 kg.

 

L'éleveur présente Jupiter à messieurs Richefou, Garot et Favennec.

L'éleveur présente Jupiter à messieurs Richefou, Garot et Favennec.

La race Blonde d'Aquitaine est elle aussi une race allaitante de grand format et très lourde, de couleur unie et pâle, originaire du Sud-ouest comme son nom l'indique. Réputée pour la qualité de sa viande peu grasse, elle est assez fréquente dans les Pays de Loire et dans notre département. 

Jupiter fait l'admiration de la délégation mayennaise.

Jupiter fait l'admiration de la délégation mayennaise.

Les bouchers apprécient la Blonde d'Aquitaine car elle donne peu de carcasse et proportionnellement beaucoup de viande à rôtir ou à griller.

Jupiter, vu de derrière !

Jupiter, vu de derrière !

Autre animal impressionnant : Gagnante, une vache de race Blanc Bleu venue du sud de la Mayenne elle aussi. Elle appartient à l'EARL Boeuf de la Bodinière à Ampoigné.

 

Gagnante, de race Blanc bleu, vue de dos. Impressionnante !

Gagnante, de race Blanc bleu, vue de dos. Impressionnante !

La race Blanc Bleu est exclusivement destinée à la production d'une viande haut de gamme avec un maximum de morceaux à griller. Elle a été sélectionnée en favorisant le développement d'une musculature hypertrophiée. On trouve trois types de couleur : tout blanc, pie bleu et pie noir. On utilise aussi beaucoup les taureaux de race Blanc bleu en croisement.

Gagnante vue de face.

Gagnante vue de face.

Le veau de Gagnante.

Le veau de Gagnante.

Notre confrère Michel et son copain, éleveur de Blanc bleu.

Notre confrère Michel et son copain, éleveur de Blanc bleu.

L'an dernier une vache de race Normande appartenant à Frédéric Giroux, un éleveur de Saint-Pierre-des-Nids avait obtenu la troisième place au concours général agricole dans la catégorie des vaches ayant eu trois veaux.

Créé en 1870, ce concours se déroule chaque année lors du Salon International de l'Agriculture, sous le contrôle du ministère chargé de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Il récompense des produits, des animaux ou des pratiques agricoles. Dans chaque secteur de production un organisme de sélection désigne des produits ou les animaux sélectionnés pour le concours général.

Cette année, six femelles de race Normande ont été présentées par des éleveurs mayennais. La race Normande se caractérise par une production laitière extrêmement riche en protéines et une viande persillée particulièrement savoureuse. Troisième vache laitière en France, surtout localisée dans l'Ouest où elle participe au renom de plusieurs grands fromages, elle est aussi réputée pour sa fertilité, sa longévité, sa docilité et sa facilité de vêlage.

Dans notre secteur du Nord-est mayennais, deux vaches en cours de première lactation appartenant à Olivier et Francine Huet, du Gaec des Clairventes sur les hauteurs de Pré-en-Pail, du côté de Saint-Julien-des-Églantiers, avaient été choisies par le comité de sélection pour participer au concours général agricole de Paris des femelles de race Normande qui s'est déroulé le dimanche 25 février, deuxième jour du Salon. Elles se nomment Jordanie (qui a obtenue le troisième prix) et Libéria (arrivée quatrième de sa catégorie).

Ces deux agriculteurs sont des passionnés de la race Normande. Au point qu'ils ont convaincu leurs voisins, Vincent et Marie-Hélène Demoitié, producteurs de la célèbre tomme de Pré-en-Pail, de modifier la composition de leur troupeau de Montbéliardes en y intégrant des Normandes, avec comme objectif un cheptel moitié Montbéliarde, moitié Normande.

Quatre autres vaches Normande mayennaises concouraient, venues de Chailland, d'Andouillé (Est-Mayenne) et de Chevaigné-du-Maine (Nord-est de la Mayenne). En deuxième lactation, EC Irkoise, appartenant à monsieur Hervé Legay de Chevaigné-du-Maine, est arrivée sixième de sa catégorie et Irence, du GAEC de la Barbure à Andouillé est arrivée septième. En troisième lactation EC Hoise de monsieur Hervé Legay, est arrivée onzième et en cinquième lactation, Gaule du GAEC Le Tanis de Chailland a été classée quatrième.

En ce qui concerne la race Montbéliarde, Hexode, de l'EARL Diablo à Bourgon (dans l'Ouest de la Mayenne), qui avait été grande championne du Space l'an dernier, a obtenu cette année la troisième place parmi les femelles en troisième lactation. Dans notre secteur, le GAEC des Montagnes à Gesvres a présenté Idalia qui est arrivée en sixième position de sa catégorie.

La Montbéliarde est la seconde race laitière de France, originaire de la Franche-Comté, elle n'a cessé d'étendre sa présence dans notre pays et de très nombreux fromages d'appellation contrôlée sont associés à sa production laitière (comté, morbier, cantal, reblochon, saint-nectaire...). Elle présente également de bonne aptitudes bouchères. Sa robe est pie-rouge, le blanc dominant dans le bas du corps et le rouge sur la partie supérieure.

Deux agriculteurs mayennais présentaient des Prim'Holstein, l'un de l’extrême Sud de la Mayenne, l'autre proche de notre secteur à Chantrigné. Il n'est pas nécessaire de décrire cette grande pie-noire, spécialisée dans le lait et présente sur l'ensemble du territoire.

Nous n'avons pas pu les voir car il y a au Salon un chassé-croisé entre les bêtes exposées, toutes ne sont pas présentes en même temps. Dommage...

Stéphane Guioullier, président de la Chambre d'agriculture de la Mayenne, élève des vaches de race Jersiaise (à la suite de ses parents) avec ses deux associés du GAEC de la Joliserie à Renazé, dans l'extrême Sud-ouest du département. Cette année il présentait Eclipse, une vache née en 2009.

 

Éclipse, Jersiaise de Renazé.

Éclipse, Jersiaise de Renazé.

Benoît Guioullier, de la ferme Les Pezerils à Izé, fils de Stéphane, présentait pour la deuxième année consécutive, une vache Jersiaise nommée Imitable. Originaire de l'ile de Jersey, introduite en France au milieu du XIVe siècle, cette race est en tête de toutes les laitières pour la richesse en protéines de son lait, ce qui est un atout pour la production fromagère, même si étant petite elle produit moins de lait que les "grandes" laitières.

L'an dernier Imitable avait terminé troisième de sa catégorie.

La Jersiaise peut sembler "maigre" (surtout après avoir vu Blonde d'Aquitaine ou Rouge des Prés !). Effectivement elle ne présente que peu d'intérêt en boucherie. Mais elle produit beaucoup de lait d'une grande richesse par rapport à sa taille, elle est très résistante et a une bonne longévité, elle vêle sans problèmes et c'est une jolie petite vache, "facile à vivre", économique en nourriture et très compétitive. Elle supporte de plus les climats chauds ce qui lui ouvre des perspectives dans les pays du Sud.

Le stand des Jersiaises.

Le stand des Jersiaises.

Benoît Guioullier et son père Stéphane sont les deux seuls éleveurs de Jersiaises de notre département.

Notre région conserve la tradition de l'élevage Percheron et il est arrivé à la Confrérie de soutenir de sa présence les concours locaux de percherons.

Sur ce sujet vous pouvez cliquez sur le lien suivant : Les concours de Percherons

Vous y trouverez également des informations sur la race Percheronne, son histoire, ses particularités, les différents types de Percherons...

Michel Richer, éleveur de Saint-Pierre-des-Nids, a  été primé plusieurs fois au Salon international de l'Agriculture pour ses chevaux Percherons.

Cette année trois éleveurs de Percherons de la Mayenne étaient présents : Édith Leroy, de Montreuil-Poulay (Nord-Est de la Mayenne) présentait une femelle nommée Fylyne du Perray.

Les deux autres Percherons présentés étaient des mâles venus du sud du département : Elixir d'Arzembouy né en 2014 et appartenant à Pascal Vallée de Laigné, et Fakir d'Ajain né en 2015 et présenté par le GAEC Vallée-frères de Cossé-le-Vivien.

 

Elixir d'Arzembouy, Percheron appartenant à Pascal Vallée de Laigné.

Elixir d'Arzembouy, Percheron appartenant à Pascal Vallée de Laigné.

Fakir d'Ajain du GAEC Vallée-frères de Cossé-le-Vivien.

Fakir d'Ajain du GAEC Vallée-frères de Cossé-le-Vivien.

Denis Vallée et Fakir d'Ajain.

Denis Vallée et Fakir d'Ajain.

Il y a actuellement en Mayenne sept éleveurs de moutons de race Bleu du Maine (un chiffre qui a augmenté ces dernières années). Ils sont surtout dans le Sud-Mayenne (à part l'un d'entre eux, monsieur Bernard Taillandier, qui habite Saint-Ellier-du-Maine dans le Nord-ouest du département).

La race Bleu du Maine est emblématique de la Mayenne et de la Sarthe. Les moutons sont blancs, de grande taille, leur tête et l'extrémité de leurs pattes sont de couleur ardoise (gris-bleu à noir). Ils sont issus d'une race locale croisée au début du XIXe siècle avec des moutons d'origine britannique (Leicester et Wensleydale) sélectionnés ensuite pour conserver les bêtes ayant cette couleur de tête et de pattes.

La brebis Bleu du Maine est très rustique, s'élève à l'herbe, supporte des températures très froides, agnèle facilement et est très prolifique (deux, trois ou même quatre petits qu'elle élève sans problème car elle produit en quantité un lait de très bonne qualité nutritive). Après être descendu il y a quinze ans à six-cents têtes, leur nombre est actuellement remonté à  quelques mille-trois-cents.

Le Salon de l'agriculture est l'occasion de faire connaitre cette race (proche parente de la Rouge de l'Ouest) qui commence à s'exporter vers les Pays-Bas et l'Angleterre depuis les années quatre-vingt.

La Confrérie au Salon International de l'Agriculture de Paris

Tous les éleveurs mayennais étaient présents au Salon et ils se sont très bien placés lors du concours Bleu du Maine qui a eu lieu lundi 26, avec six premiers prix remportés par les animaux présentés dans les différentes catégories (mâles, femelles, viande, laine) et huit animaux arrivés en seconde ou troisième position.

 

La toison des brebis Bleu du Maine est très épaisse, très dense, tassée et avec de longues mèches lui permettant de bien supporter l'élevage en plein air...

 

 

La Confrérie au Salon International de l'Agriculture de Paris

Didier Foubert, de Bazougers (au sud-est de Laval), également président de l'Organisme de Sélection de la race, participe chaque année au Salon de l'Agriculture où il présente ses moutons Bleus du Maine depuis dix-huit ans et remporte chaque année de nombreux prix. Cette année il repart avec quatre premiers prix et deux second prix.

Son objectif est de transmettre son amour de la race et la mettre en valeur, car elle est, dit-il, assez méconnue et que son potentiel n'est pas encore suffisamment exploité.

 

La Confrérie au Salon International de l'Agriculture de Paris

Gaétan Legrand, membre du GAEC Montigné avec la famille Royer à Quelaines-Saint-Gault  dans le Sud-Mayenne, présentait pour la première fois un bélier de race Bleu du Maine âgé de trois ans. Il a obtenu la troisième place dans sa catégorie.

Ouest-France Mayenne du 18 février 2018.

Ouest-France Mayenne du 18 février 2018.

Les organisateurs de ce "mercredi de la Mayenne" au Salon de l'Agriculture ont réalisé une vidéo souvenir. La voici :

Le dimanche 25 février les rillettes de Gorron ont reçu pour la sixième fois la médaille d'or du Concours général agricole.

Ouest-France Mayenne du 3 mars 2018.

Ouest-France Mayenne du 3 mars 2018.

À la fin de cette visite nous nous sommes rendus dans  un salon pour quelques discours et un cocktail déjeunatoire.

 

 Le Préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, à la tribune.

Le Préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, à la tribune.

L'assistance.

L'assistance.

Comme le prévoient les statuts de la Confrérie pour les notabilités lui ayant manifesté leur bienveillance et leur appui, nous avons nommé membre d'honneur les deux organisateurs de la journée : Olivier Richefou, président du conseil départemental et Stéphane Guioullier, président de la chambre d'agriculture ainsi que Frédéric Veaux, préfet de la Mayenne. Nous leur avons remis un diplôme reconnaissant leur action en tant qu’amateur de la Bonne Bouche et défenseur de la qualité des produits de notre région.

Les Fins Goustiers et les nouveaux membres d'honneurs.

Les Fins Goustiers et les nouveaux membres d'honneurs.

Nous avions apporté du confit de cidre bouché aux pommes et aux oignons de notre fabrication pour faire gouter nos produits aux membres de la délégation mayennaise.

Nous avons ensuite profité de l'après-midi pour compléter notre tour du pavillon numéro un.

Léo et Laurier, taureaux de race Salers.

Léo et Laurier, taureaux de race Salers.

Belles bêtes les taureaux de race Salers ! Ceux-là s'appellent Lifting et Loyal.

Belles bêtes les taureaux de race Salers ! Ceux-là s'appellent Lifting et Loyal.

Des porcs de race Basque.

Des porcs de race Basque.

Porcs Gascons de race Noir de Bigorre.

Porcs Gascons de race Noir de Bigorre.

Loretoajec, taureau de race Charolaise venu de l'Allier.

Loretoajec, taureau de race Charolaise venu de l'Allier.

En fin d'après-midi nous quittons le Salon pour reprendre le train gare Montparnasse. Il fait frisquet.

Les Fins Goustiers quittent le Salon de l'Agriculture.

Les Fins Goustiers quittent le Salon de l'Agriculture.

À 17 h 14  nous devions reprendre le TGV qui ne partira en fait qu'avec une heure de retard à cause d'une bâche (agricole ?) sur une caténaire ! Arrivée à Laval à 19 h 40 et retour à Saint-Pierre-des-Nids sous les premiers flocons d'une nuit enneigée et très froide.

La presse en parle :

Le Courrier de la Mayenne du 1er mars 2018.

Le Courrier de la Mayenne du 1er mars 2018.

Ouest-France Mayenne du 2 mars 2018.

Ouest-France Mayenne du 2 mars 2018.

Le Courrier de la Mayenne du 8 mars 2018.

Le Courrier de la Mayenne du 8 mars 2018.

Horizon 53 n°48 de mars-avril 2018.

Horizon 53 n°48 de mars-avril 2018.

Pour voir le compte-rendu et les photos de la réception de remerciement des producteurs et agriculteurs mayennais primés au Salon, le 25 avril, à l'hôtel du Département, cliquez sur le lien suivant : Réception du 25 avril 2018

   Accueil          Autres activités de la Confrérie       Haut de page

 

************************************************

 

 

Partager cette page

Repost0
La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail laconfreriedesfinsgoustiers - dans Confrérie activités

Mieux nous connaître

Notre Confrérie, son histoire, ses statuts, ses assemblées générales et cérémonies d'intronisation... Cliquez sur la main ci-dessous :

Pour nous contacter : laconfreriedesfinsgoustiers@hotmail.fr ou le lien "contact" tout en bas de la page.

Rechercher Dans Ce Blog

Producteurs et artisans

Régulièrement nous rendons visite à des producteurs (cidricoles mais pas uniquement) ou à des artisans de notre région.

Découvrez-les en cliquant sur la bouteille :

Pomme, cidre, pommé...

Vous voulez des informations sur la fabrication du cidre, sur la pomme et son origine, sur le pommé (un produit à base de cidre et de pommes anciennement fabriqué dans notre région), sur le vinaigre, sur les instruments de mesure en rapport avec le cidre ou la goutte, sur les fêtes autour des produits cidricoles...

Cliquez sur la pomme !

 

Nos Articles

  • Bienvenue sur notre blog
    *********************************************************** "Si un plus grand nombre d'entre nous préféraient la nourriture, la gaité et les chansons aux entassements d'or, le monde serait plus rempli de joie." J.R.R. Tolkien dans "Le Hobbit" *********************************************************** Pour...
  • Notre terroir du Haut-Maine et Pail
    Notre terroir du Haut-Maine et Pail appartient à l’ancien Comté du Maine, petite province tampon entre la Normandie et l’Anjou. C’est ce qu’on appelle en histoire une région de « Marches ». Au Moyen Âge, le Maine a longtemps été un enjeu politique entre...
  • Notre terroir autrefois
    Cartes postales et photos anciennes témoignent du passé de notre terroir. Les liens ci-dessous (en bleu) vous reverront à des pages de présentation de certains lieux, la plupart du temps grâce à des cartes postales. Merci à ceux qui au fil du temps nous...
  • Histoire de la Confrérie
    Article remanié et complété en avril 2017 et en janvier 2018. La Confrérie des Fins Goustiers devant la chapelle Sainte-Anne de Champfrémont en 2015. Qui sommes-nous ? Nous sommes une association confraternelle visant à promouvoir les produits et les...
  • La chapelle et les foires de Sainte-Anne de Champfrémont
    À 12 km au sud-ouest d’Alençon , au pied des collines et de la forêt de Multonne, entouré par Saint-Pierre-des-Nids, Ravigny et La-Ferrière-Bochard, se trouve le village de Champfrémont. Son origine est sans doute gallo-romaine ou au moins franque : un...
  • Le cidre à l'ancienne ou c’ment on faisint l’bon cit’ dans l’temps…
    Dans notre région du Nord du Maine certains particuliers font ou faisaient encore récemment leur cidre à l'ancienne. Les fêtes des métiers d'autrefois, de la pomme ou du cidre et les comices agricoles sont aussi l'occasion d'assister à des démonstrations...
  • Les appareils de mesure pour le cidre et l'eau de vie
    Voilà trois instruments de mesure qu'utilisent couramment les producteurs de cidre et d'eau de vie : cidrodensimètre, alcoomètre et cidromètre. Cliquez sur les photos pour les agrandir et refermez-les ensuite pour revenir à cette page. À ces trois instruments...
  • Un ancien produit bin d'cheu nous : le pommé
    Article récemment complété. Avant la Seconde Guerre Mondiale la nourriture des campagnes était simple et basée sur la production locale. Dans le Maine, ainsi que dans tout l’Ouest de la France (Normandie, Haute-Bretagne) on récoltait des pommes, on faisait...
  • L'origine de la pomme
    Le 21 mars 2013 quelques membres de la Confrérie des Fins Goustiers ont assisté dans le cadre des « Bobines du Parc Normandie-Maine » à la projection d’un documentaire sur les origines de la pomme. Sa réalisatrice Catherine Peix était présente. C’est...
  • Deux châteaux, deux familles, du IXe au XIe siècle
    Les deux châteaux dont il s'agit sont celui de Saint-Céneri et celui du Montaigu (sur la commune de Saint-Pierre-des-Nids ) et les deux familles celle des Giroie et celle de Bellême. La famille Giroie : En 836, Robert le Fort, duc du Maine, qui doit faire...

Nos activités

Nous vous proposons des compte-rendus illustrés de photos de nos sorties dans des fêtes ou sur des manifestations, de nos visites chez des producteurs, des artisans ou des artistes, de nos rencontres conviviales avec d'autres associations ou avec nos familles et amis...

Cliquez sur le bouchon : 

Nos concours cidricoles

Chaque année la Confrérie organise un concours de produits cidricoles ouvert aux amateurs comme aux professionnels.

Pour tout savoir à ce sujet cliquez sur la pomme et la poire !

 

Notre terroir

Pour découvrir notre terroir du Haut-Maine et Pail : ses paysages, son histoire, son patois, ses producteurs, des idées de sorties, des photos récentes ou anciennes et nos coups de cœur gastronomiques cliquez sur l’arbre :

Le patrimoine de notre région

Traditions, vieux métiers, petit patrimoine architectural, historique, artistique ou culturel, notre région est riche.

Pour en découvrir quelques aspects cliquez sur l’église.