Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Les membres de la Confrérie arrivent à Saint-Jean d'Assé chez Sylvain Delporte.

Les membres de la Confrérie arrivent à Saint-Jean d'Assé chez Sylvain Delporte.

Nous avions déjà rencontré Sylvain Delporte sur des fêtes dans la région et nous avons eu envie de lui rendre visite chez lui. Le 26 avril 2014 sept d’entre nous ce sont donc rendus à Saint-Jean d’Assé.

 

Sylvain travaille le bois depuis l’âge de 16 ans mais c’est en 2000 qu’il est tombé amoureux du métier de sabotier lorsqu’il a rencontré, à Jupille dans la Sarthe, Roger Marcellin sabotier et fils de sabotier, qui est devenu son premier maitre sabotier et dont il a des photos dans son atelier.
Sylvain nous accueille chaleureusement dans son « petit univers » et nous montre tout d’abord la technique de fabrication d’un sabot. Il s’agit d’une pointure 23 qui lui a été commandée pour un enfant (pour cette taille il n’a pas de modèle et doit donc tout réaliser à la main).
« Dès la buche vous devez visualiser le sabot » disait un de ses maitres à Sylvain. Ce n’est pas évident ! Pour éviter les risques d’éclatement le nez du sabot doit se trouver du côté des racines et l’extérieur du côté du cœur.

 

 

Sylvain commence par dégrossir la buche avec un outil spécifique du sabotier : une hache à bucher « épaule de mouton » dont il nous présente les caractéristiques dans la vidéo ci-dessous. Dans du bois vert le travail se fait plus facilement mais ici il s’agit d’une demi-buche de noyer déjà assez sec.

Sylvain dégrossit une buche avec une hache "épaule de mouton".

Sylvain reporte ensuite le tracé du premier sabot sur la demi-bûche dégrossie et donne un trait de scie pour le talon. Il nous explique que le noyer est un de ses bois préférés : bien que classé dans les bois durs il reste relativement tendre à travailler.

 

Sylvain reprend ensuite la hache à bucher pour tailler le talon et affiner le sabot. « Un sabotier est capable de tailler un grain de blé à la hache » disait-on autrefois ! Sous nos yeux la forme du sabot commence à apparaître, avec le nez et la courbe. En cours de travail Sylvain vérifie le plat du dessous du sabot grâce à une petite planchette fixée sur son établi.

 

 

La suite du travail se fait au paroir de sabotier : il s’agit d’une grande lame incurvée et très aiguisée articulée sur une boucle. La  puissance maximum de l’outil est près de la boucle. Sylvain l’utilise pour donner sa forme extérieure (bosses et creux) au sabot en commençant par le nez. Sylvain nous raconte qu’il existait autrefois un concours entre sabotiers : il fallait réussir à donner sa forme au sabot en seulement 13 coups de paroir !!!

Sylvain au travail avec le parroir de sabotier.

 

 

Ce travail occasionne beaucoup de déchets : pour la fabrication d’un sabot il faut compter 75% de perte. Sylvain utilise les copeaux de hêtre en paillage au jardin et les copeaux de noyer qui ne sont pas bons pour cet usage servent à la cheminée.

 

 

 

Une fois le sabot formé extérieurement il faut le creuser. Pour faire des avant-trous Sylvain utilise une vrille de sabotier qu’il nous présente (à gauche sur la photo) en la comparant à la vrille de charpentier (à droite). Contrairement au menuisier le sabotier n’a pas besoin d’une vrille à avance rapide. Il fait des avant-trous vers l’arrière et vers le nez pour pouvoir ensuite engager dedans la cuillère. Dans du bois vert (ce qui n’est pas le cas ici) la cuillère de sabotiers s’enfonce comme dans du melon ou du beurre et fait des petites coquilles.

Chez Sylvain Delporte, sabotier sarthois

Au fur et à mesure du travail le sabotier utilise une pige pour mesurer l’intérieur du sabot et savoir s’il a assez creusé. Il doit laisser une épaisseur plus importante à l’arrière et sur le devant du sabot car à cet endroit le bois est plus fragile, par contre sur les côtés du sabot qui se trouvent dans le sens du fil du bois plus résistant il est possible de laisser une moindre épaisseur. Le sabotier utilise beaucoup le toucher et la vue pour apprécier ces épaisseurs. Pour bloquer le sabot pendant le travail il à une encoche dans son établi appelé la coche. L'établi lui-même s'appelle la bique.

Il doit ensuite éliminer les irrégularités à l’intérieur du sabot. Pour travailler le talon il utilise un boutoir (en photo ci-dessous à gauche) mais pour le fond du sabot du côté des orteils il a un outil très spécifique : la rouane qui a la même courbure que les doigts de pieds et qui permet d’aller jusqu’au fond du sabot pour le creuser (en photo ci-dessous à droite). Ces outils demandent de l’habileté car il faut être capable de les utiliser aussi bien de la main droite que de la gauche !

 

L’étape suivante est le séchage qui dure environ trois mois. Il ne doit pas être trop rapide sinon le sabot serait fragilisé. L’oreille permet de déterminer le degré de séchage : les sabots sonnent aigu quand ils sont secs, grave quand ils sont encore humides. Il ne reste plus qu’à faire les finitions au racloir, lame d’acier ancêtre du papier de verre. Les sabots de sortie ou ceux des dames sont bien sûr plus fignolés. Le sabot doit ensuite être ajusté au pied du client (en particulier les sabots tout en bois dont le cou-de-pied doit être ajusté pour ne pas blesser).

Autrefois existaient des usines de sabotiers et pour que le travail se fasse plus rapidement les ouvriers étaient spécialisés : il y avait des bucheurs qui savaient travailler à  la hache, des pareurs dont l’outil était le paroir, des creuseurs de sabot droit, des creuseurs de sabot gauche mais chacun ne connaissaient qu’un aspect du métier. Aujourd’hui il n’y a plus en France que quinze sabotiers.

Pour les tailles courantes de sabot ou pour les autres objets en bois que Sylvain fabrique, les machines effectuent les premières étapes du travail. Bien sûr il faut auparavant qu’il ait fabriqué entièrement à la main un modèle. Celui-ci est  en acacia, un bois très dur, pour les modèles pleins qui doivent résister au palpeur qui guide le travail de la bucheuse. Il faut également des modèles creux pour la creuseuse.

Il nous fait une démonstration du travail de la bucheuse (ou tailleuse) avec la fabrication (bien visible sur la vidéo ci-dessous) de trois louches en bois de merisier à la délicieuse odeur d’amande. La machine date de 1920. Elle comporte un inverseur pour pouvoir fabriquer en miroir le deuxième sabot. Il existe aussi des machines doubles qui peuvent fabriquer deux sabots en même temps.
 

Démonstration de travail à la bucheuse mécanique.

 

La creuseuse fonctionne sur le même principe avec un palpeur à gauche guidé par le modèle et une cuillère à droite pour creuser. Elle aussi date de 1920 et doit parfois être réglée quand le palier de bronze prend un peu de jeu (pas de roulements sur ces anciennes machines, juste de l’huile qui graisse le palier). Lorsque Sylvain l’utilise pour creuser un sabot il creuse d’abord le talon puis il incline la creuseuse pour faire le fond du sabot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une démonstration de Sylvain qui nous montre comment guider le déplacement de la creususe notre confrère Michel s’essaye à fabriquer une louche. Les autres membres de la Confrérie sont attentifs !

 

106 Le façonnage de la louche se termine au paroir106 Ponçage d'une louche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La finition des louches s’effectue ensuite au paroir pour faire les manches, enlever les bouts et affiner le rond. Un ponçage termine le travail.

 

Sylvain en profite pour nous expliquer que les meilleurs bois de saboterie sont à son sens les fruitiers. Le bouleau est  un bon bois de saboterie mais il à tendance à s’user et il faut le protéger par des caoutchoucs.

 

107 Petits et très grands sabots

La visite se termine dans l’atelier où il fait les décors et les finitions. Il nous montre quelques exemples des objets variés qu’il fabrique : sabots porte-bouteille, porte-saucisson ou porte-piques à apéro, plats à fromages, horloges, sabots porte-clés, louches à pâte à crêpes, boucles d’oreilles, toupies moine (ou casse-carreaux car si on tire trop fort sur la ficelle elle part en arrière), marottes pour ranger des coiffes ou des perruques, tire-bouchons… Il décline le thème du sabot à l’infini !

 

108 Louches à pâte à crêpe109 Sabot porte-bouteille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

113 Une horloge115 Une toupie-moine ou

 

 

 

C'est Sylvain qui a fabriqué les tastegout' qui font désormais partie de la tenue des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail.

Vous pourrez voir d'autres photos de cette passionnante visite dans le diaporama ci-dessous que vous pouvez laisser défiler ou faire passer manuellement en cliquant sur les flèches à droite ou à gauche des photos.

Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.
Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.

Photos de Sylvain au travail dans son atellier de Saint-Jean d'Assé lors de la visite de la Confrérie.

Pour en savoir plus vous pouvez vous rendre sur le site de Sylvain en cliquant sur le lien suivant : https://sites.google.com/site/sabotiersarthois/

Vous trouverez d’autres vidéos de son travail en cliquant sur les liens suivants :
La Confrérie à Saint-Berthevin
La Confrérie à Joué-l’Abbé
 

                         Accueil                                                      Haut de page

Partager cette page

Repost 0
La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail La Confrérie des Fins Goustiers - dans producteurs sabotier

Mieux nous connaître

Notre Confrérie, son histoire, ses statuts, ses assemblées générales et cérémonies d'intronisation... Cliquez sur la main ci-dessous :

Pour nous contacter : laconfreriedesfinsgoustiers@hotmail.fr ou le lien "contact" tout en bas de la page.

Rechercher Dans Ce Blog

Producteurs et artisans

Régulièrement nous rendons visite à des producteurs (cidricoles mais pas uniquement) ou à des artisans de notre région.

Découvrez-les en cliquant sur la bouteille :

Pomme, cidre, pommé...

Vous voulez des informations sur la fabrication du cidre, sur la pomme et son origine, sur le pommé (un produit à base de cidre et de pommes anciennement fabriqué dans notre région), sur le vinaigre, sur les instruments de mesure en rapport avec le cidre ou la goutte, sur les fêtes autour des produits cidricoles...

Cliquez sur la pomme !

 

Nos Articles

  • Bienvenue sur notre blog
    *********************************************************** "Si un plus grand nombre d'entre nous préféraient la nourriture, la gaité et les chansons aux entassements d'or, le monde serait plus rempli de joie." J.R.R. Tolkien dans "Le Hobbit" *********************************************************** Notre...
  • Notre terroir du Haut-Maine et Pail
    Notre terroir du Haut-Maine et Pail appartient à l’ancien Comté du Maine, petite province tampon entre la Normandie et l’Anjou. C’est ce qu’on appelle en histoire une région de « Marches ». Au Moyen Âge le Maine a longtemps été un enjeu politique entre...
  • Histoire de la Confrérie
    Article remanié et complété en avril 2017. La Confrérie des Fins Goustiers devant la chapelle Sainte-Anne de Champfrémont en 2015. Qui sommes-nous ? Nous sommes une association confraternelle visant à promouvoir les produits et les traditions de notre...
  • La chapelle et les foires de Sainte-Anne de Champfrémont
    Article complété en avril 2016. À 12 km au sud-ouest d’Alençon , au pied des collines et de la forêt de Multonne, entouré par Saint-Pierre-des-Nids, Ravigny et La-Ferrière-Bochard, se trouve le village de Champfrémont. Son origine est sans doute gallo-romaine...
  • Le cidre à l'ancienne ou c’ment on faisint l’bon cit’ dans l’temps…
    Dans notre région du Nord du Maine certains particuliers font ou faisaient encore récemment leur cidre à l'ancienne. Les fêtes des métiers d'autrefois, de la pomme ou du cidre et les comices agricoles sont aussi l'occasion d'assister à des démonstrations...
  • Les appareils de mesure pour le cidre et l'eau de vie
    Voilà trois instruments de mesure qu'utilisent couramment les producteurs de cidre et d'eau de vie : cidrodensimètre, alcoomètre et cidromètre. Cliquez sur les photos pour les agrandir et refermez-les ensuite pour revenir à cette page. 1 En premier lieu...
  • Un ancien produit bin d'cheu nous : le pommé
    Article récemment complété. Avant la Seconde Guerre Mondiale la nourriture des campagnes était simple et basée sur la production locale. Dans le Maine, ainsi que dans tout l’Ouest de la France (Normandie, Haute-Bretagne) on récoltait des pommes, on faisait...
  • L'origine de la pomme
    Le 21 mars 2013 quelques membres de la Confrérie des Fins Goustiers ont assisté dans le cadre des « Bobines du Parc Normandie-Maine » à la projection d’un documentaire sur les origines de la pomme. Sa réalisatrice Catherine Peix était présente. C’est...
  • Deux châteaux, deux familles, du IXe au XIe siècle
    Les deux châteaux dont il s'agit sont celui de Saint-Céneri et celui du Montaigu (sur la commune de Saint-Pierre-des-Nids ) et les deux familles celle des Giroie et celle de Bellême. La famille Giroie : En 836, Robert le Fort, duc du Maine, qui doit faire...
  • Le vinaigre de cidre
    Ce produit bien connu et largement utilisé dans nos campagnes depuis fort longtemps se forme naturellement par fermentation. Le jus de pomme se transforme en cidre grâce à la fermentation alcoolique ( voir à ce sujet notre article : Le cidre à l'ancienne...

Nos activités

Nous vous proposons des compte-rendus illustrés de photos de nos sorties dans des fêtes ou sur des manifestations, de nos visites chez des producteurs, des artisans ou des artistes, de nos rencontres conviviales avec d'autres associations ou avec nos familles et amis...

Cliquez sur le bouchon : 

Nos concours cidricoles

Chaque année la Confrérie organise un concours de produits cidricoles ouvert aux amateurs comme aux professionnels.

Pour tout savoir à ce sujet cliquez sur la pomme et la poire !

 

Notre terroir

Pour découvrir notre terroir du Haut-Maine et Pail : ses paysages, son histoire, son patois, ses producteurs, des idées de sorties, des photos récentes ou anciennes et nos coups de cœur gastronomiques cliquez sur l’arbre :

Le patrimoine de notre région

Traditions, vieux métiers, petit patrimoine architectural, historique, artistique ou culturel, notre région est riche.

Pour en découvrir quelques aspects cliquez sur l’église.